©2018 by Les Oiseaux Blancs. Proudly created with Wix.com

Rechercher
  • LOB

PL.8 Oiseau Blanc


En 1926, Charles Nungesser visite le salon aéronautique et est impressionné par le nouvel avion du constructeur Pierre Levasseur, le PL.4. Le PL.4 doit équiper l'aéronavale naissante sur le premier porte-avion français, le Béarn. Son allure solide et son fuselage de type "marin", lui permettent d'amerrir en cas de besoin, la fiabilité des moteurs de l'époque étant encore toute relative. Charles obtient le soutien du constructeur et l'élaboration d'un avion pour accomplir le raid vers New York.

Avec l'aide de l'ingénieur en chef Émile Farret et du chef de fabrication Albert Longelot, ils procèdent à des modifications telles que la suppression du cockpit avant et l'installation de 3 énormes réservoirs, portant la capacité d'emport carburant à 4025 litres! Ces modifications donnent naissance au modèle PL.8, Nungesser le baptise Oiseau Blanc, du nom d'un chef indien du Wyoming qu'il rencontra en 1925 et qu'il emmena voler avec lui.

Le moteur Lorraine de 12 cylindres en W développe 450 CV. Il entraîne une hélice métallique Levasseur-Reed de 3m95 abaissant la garde au sol à 20cm au décollage! Un des 3 moteurs livrés est testé au sol sur la base aérienne de Chartres. Il tourne ainsi 43 heures, consommant 3863 litres de carburant et 54 litres d'huile!

Le moteur est démonté pour en inspecter l'usure. Aucune perte de puissance n'est à déplorer, ce moteur était fiable. Le train d'atterrissage pèse environ 110kg, il est prévu de le larguer peu après le décollage, réduisant le poids et la traînée.

Les essais en vol de Pierre Carniaux révèlent un avion sain et performant pour l'époque, Nungesser et Coli prennent en main leur monture à partir d'avril 1927, soit moins d'un mois avant leur traversée!

Malgré l'échec du raid transatlantique, Levasseur fit construire un second modèle du PL.8. Équipé d'un moteur Hispano-Suiza de 500 CV puis de 600 CV, équipé d'un poste d'équipage supplémentaire, il aura une courte carrière au sein de la Compagnie Générale Aéropostale. À cause d'un mauvais balisage à Istres il finira brisé peu après son atterrissage le 20 décembre 1929.

65 vues